Midi, Nice, 27 juil. 2017

IMG_5634.JPG11h55, attente du p’tit bonhomme vert

 

IMG_5637.JPG11h56, attente  d’un bus
IMG_5642.JPG12h00, sieste méridienne
IMG_5643.JPG12h00, pause déjeuner but business as usual
IMG_5645.JPG12h03, pause déjeuner
IMG_5649.JPG12h07, pose photo
IMG_5655.JPG12h13, fait chaud, grosse fatigue sur la Coulée Verte
IMG_5657.JPG12h19, ça vient ces cartons ?
IMG_5666.JPG12h33, fin de nuit et début de séjour
IMG_5668.JPG12h36, fin du marché
IMG_5672.JPG12h49, Russe blanc et noir américain
IMG_5677.JPG13h00, j’ai les cartons & le peintre fatigué
IMG_5689.JPG13h36, plus belle que moi tu meurs
IMG_5692.JPG13h40, attente de clients
IMG_5698.JPG13h45, rendez-vous devant la banque
IMG_5703.JPG13h55, plus belle que moi 2
IMG_570413h55,Plus belle que moi 3
IMG_5709.JPG14h34, plus beau que moi tu meurs

 

Résilience ? Promenade des Anglais, 27 juil.17 entre 11h36 et 11h39

IMG_5622.JPG

IMG_5623.JPG

IMG_5624.JPG

IMG_5627.JPG

IMG_5629.JPG

Des hauteurs de Nice je suis arrivé en bas sur la Promenade des Anglais en voiture. Ce n’est pas moi qui conduisais ni n’avais choisi l’itinéraire. Ébloui par la beauté de la mer j’ai fait des photos, à la volée, par quasi réflexe. Plus tard, j’avais plus ou moins 2 heures pour me promener dans cette ville dont les principales avenues mènent à la mer. Je suis resté sur la récente « coulée verte » qui, elle aussi, mène à la mer et dans le vieux Nice. Je n’avais pas envie d’aller sur la Promenade pour voir la Grande Bleue pourtant si belle, si attirante – on a l’impression que le soleil est là –  quand je l’avais entrevue auparavant pourtant si belle avec cette incroyable couleur de piscine turquoise claire jusqu’à plusieurs dizaines de mètres du bord. J’avais en tête ce qu’il s’était  passé l’été dernier, le 14 juillet. Je ne m’autorisais pas à être sur ces lieux chargé de sang, d’horreur. Je ne juge ni ne blâme les gens qui y vont, mais moi, « touriste de passage » aussi,  je ne me suis pas accordé ce droit : ces lieux étaient pour moi trop porteurs de quelque chose comme un magnétisme maléfique. Marcher sur ce large trottoir aurait été pour moi marcher sur des tombes. Nice est une ville où les gens, les jeunes notamment, mais pas seulement, exposent leur corps bronzés au soleil : ils sont souvent peu habillés, à la mode et viennent du monde entier. Je suppose que dans l’esprit d’un extrémiste religieux, cette ville est insupportable et paraît une sorte de Gomorrhe, à blesser, sinon à détruire, en tous cas où il faut tuer.

Cigales (Cigada Orni), Hauteurs de Nice, fin juillet 2017

IMG_5536.JPG

IMG_5539.JPG

IMG_5553.JPG

La cigale est un insecte assez particulier : elle peut vivre plusieurs années sous une certaine forme et sous la terre à se nourrir de la sève d’un arbre qui circule dans les racines et une année qui peut être sa 18ème année, elle change de forme et sort à l’air libre et elle va grimper sur l’arbre. Si elle est mâle, elle va cymbaliser, c’est-à-dire émettre ce son très puissant, entêtant, presque agaçant si on est juste à côté – ce qui était mon cas à Nice – et si elles sont nombreuses, pour attirer une femelle, se reproduire et mourir à l’automne.
La cigale est la bande-son du sud de la France.