Locmariaquer Port-de-pêche, oct.17

Ce titre je l’explique, une fois n’est pas coutume. Locmariaquer a ces ruelles étroites typiques des « villages de pêcheurs »,  modestes voire pauvres, qui  s’installaient sur de petites parcelles et construisaient de petites maisons, l’essentiel étant la vaste mer qui leur permettait de gagner leur pain. Au fil du temps, j’ai l’impression  que la  pêche côtière a pris des ris, qu’elle s’est réduite. J’ai toujours vu dans le port des plates à huîtres et des embarcations de loisirs, principalement des dériveurs type Guépards, Vauriens et Gazelles qui me semblent plus nombreuses et en meilleur état aujourd’hui que dans les années 70, mouvement d’intérêt pour les vieux gréements oblige ?  Les vedettes de transport de passagers (à l’instar du « Passeur des Îles ») sont aussi de plus en plus nombreuses. Pas étonnant puisqu’il y a de plus en plus de touristes.  Depuis plusieurs années, je me demande si la commune, aidée de quelques autres institutions plus larges, n’a pas reçu des aides pour – et choisi de – aider la pêche car j’ai remarqué (ils ont peut-être toujours existé) plusieurs petits bateaux pour la pêche aux casiers et à la ligne qui écument les bords de la côte. Revenons au titre : il fait référence, puisque j’ai quelques références (ceci dit en totale modestie), au texte de Blaise Cendrars, co-sujet de mon mémoire de maîtrise de lettres modernes, « Paris Port-de-Mer ».
Pour l’instant, j’identifie 4 petits bateaux de pêche. J’ai photographié en action Esteban et la Bohême.

IMG_6717.JPG

Esteban, Marina II et Tog Ru (le Chapeau de rue ?)

IMG_7085.JPG

la Bohême, 2 nov, 13h41

Un matin ordinaire ? Baie de Quiberon, 22 oct.17, 10h15

IMG_6684

Un matin (10 heures et quart..) ordinaire d’octobre, le mois qui offre tant de belles journées, encore tièdes voire plus que ça. La petite marche jusqu’au haut de la dune de St Pierre, 11 mètres d’altitude, d’où on embrasse toute la baie de Quiberon, d’où on aperçoit Houat et Hoëdic, le probable lieu de la bataille entre les Vénètes et la flotte romaine en 56 (Morbihan) avant JC,  la récompense du petit effort de monter sur son dos. Un joli voilier, blanc comme il se doit, est sorti de la Trinité sur Mer, offre sa blancheur mobile. Ces choses sont simples mais elles me manquent quand je ne les vois pas.

IMG_6685.JPG

Ce modeste voilier – bien 6 mètres de long quand même – se révèle, à mieux le regarder, magnifique : 3 triangles  qui écrivent le sens et la force du vent.

IMG_6686

Aucun (mais ça devient rare) bateau à moustaches (= à moteur). C’est quand même plus beau et plus écologique non ? (ils ont probablement un moteur pour sortir du port mais dès qu’ils le peuvent ils mettent les voiles)